Article sur le PARISIEN – Albums « Jazz / No Jazz » Volume 1 & Volume 2 (2004)

L’accordéon se défripe

« …la nouvelle sensation du jazz français… »

Par Yves Jaeglé – Le 11 juin 2004

VIEILLOT, L’ACCORDEON ? Vraiment plus du tout.

Marc Berthoumieux, du bal au jazz

Marc Berthoumieux, la nouvelle sensation du jazz français, ce soir et demain au Sunset, le club « in » de la capitale, symbolise toutes les métamorphoses de l’accordéon. A 43 ans, il a déjà trente ans de métier. « A 11 ans, on venait me chercher en voiture pour faire danser les gens en solo avec mon accordéon. J’avais un petit ampli, une boîte à rythmes et un micro, et je me voyais comme la septième merveille du monde dans ces dancings de province se rappelle ce Savoyard. Mais il a attendu d’avoir 38 ans pour publier son premier album. « Dans les années 1980, l’accordéon était pire que ringardisé, sinistré. On ne me demandait que des valses et des tangos. Je me suis installé à Paris pour faire du jazz. » Il accompagne les grands de la chanson, de Johnny à Nougaro, dont il a été très proche les deux dernières années de sa vie. L’ami toulousain chante d’ailleurs sur « Jazz, No Jazz », le nouvel album de Marc Berthoumieux, composé en fait de deux albums, que l’on peut acheter séparément, le second volume explorant les rythmes africains, latino-américains ou blues. « J’ai été inspiré par Smoking, No Smoking, les deux films d’Alain Resnais, mais surtout par le Cimetière des éléphants : Eddy Mitchell avait réalisé deux versions complètement différentes de ce tube dans son album, et j’ai eu envie moi aussi de raconter plusieurs histoires à partir d’un même morceau. » Richard Bona, le chanteur camerounais, y interprète lui aussi un titre splendide accompagné par Marc Berthoumieux. « En Afrique et en Amérique latine, l’accordéon est beaucoup plus présent qu’on ne croit. Chez nous, Cabrel et Bruel, ainsi que les Têtes Raides et la Mano Negra lui ont ouvert de nouvelles pistes. »
Le nouveau leader de l’accordéon a aussi signé une méthode pour les débutants : « On peut rapidement apprendre à jouer quelques morceaux. Et puis les gens ne savent pas que, même si un accordéon coûte cher, on peut très facilement en louer un. » 

Ce soir et demain à 22 heures en quintette au Sunset, 60, rue des Lombards
(1er), M° Châtelet. Tarif : 20€., tél. 01 40 26 46 60